accueil > Radio et audioblogs > Mànzǒu

Mànzǒu

Récit de voyage pour les oreilles


Horizons

"Cinquante kilomètres de route terrestre peuvent donner l’impression d’un changement de planète, mais 5000 kilomètres d’océan présentent un visage immuable, au moins à l’œil non exercé. Nulle préoccupation d’itinéraire, d’orientation, nulle connaissance des terres invisibles mais présentes derrière l’horizon rebondi, rien de tout cela ne tourmentait l’esprit des passagers. Il leur semblait être enfermés entre des parois restreintes, pour un nombre de jours fixé d’avance, non parce qu’il y avait une distance à vaincre, mais pour expier le privilège d’être transportés d’un bout à l’autre de la terre sans que leurs membres eussent à fournir un effort."

morceaux de monde saisis sur le cargo Andromeda, dans l’océan indien, la mer rouge, le canal de Suez, la mer méditerranée et l’océan atlantique.
(a ecouter au casque de preference !)

IMG/mp3/montage_cargo.mp3











"L’effort, du reste, il n’y avait rien pour l’attester. On savait bien que quelque part au fond de cette grande boîte se trouvaient des machines et des hommes autour, qui les faisaient fonctionner. Mais ils ne se souciaient pas de recevoir des visites, les passagers de leur en faire, ni les officiers d’exhiber ceux-ci pour ceux-là ou inversement."





















"D’autres spectacles m’attiraient d’avantage et, avec la naïveté du débutant, j’observais passionnément, sur le pont désert, ces cataclysmes surnaturels dont, pendant quelques instants chaque jour, le lever et le coucher du soleil figuraient la naissance, l’évolution et la fin, aux quatre coins d’un horizon plus vaste que je n’en avais jamais contemplé"
Claude Lévi-Strauss












Le voyage est terminé
Merci d’avoir suivi mes pas - rapides - à travers le monde
Je suis heureuse d’avoir pu partager ces instants avec vous
Je suis heureuse de vous revoir bientôt

"De longtemps nos pensers n’habitaient plus les mêmes instants du monde..."
Victor Segalen












Photos : en haut, coucher de soleil sur le canal de Suez, puis déchargement de containers à Port Klang, puis machinerie du cargo, pont supérieur du cargo (où l’on conduit), soleils, arrivée au Havre.

-Extras-

En Malaisie, Malacca, la ville où j’attendais mon bateau est rythmée par l’appel à la prière, l’orage et le chant des oiseaux... Un délice ! Extrait juste avant le lever du jour.

IMG/mp3/appel_matin.mp3


Portfolio

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Coulisses | SPIP | contact